Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Paysage de truffière - quand la nature nous révèle sa beauté parfaite!

Quand la beauté de nos terres trufficoles nous émeut profondément.

Comme de coutume nous voulons aborder avec vous le sujet de la truffe fraiche française de manière instructive et, si possible, originale. C’est pourquoi aujourd’hui nous vous avons souhaité vous parler de la beauté des paysages de truffières.

Très variés, comme nous l’évoquions dans notre article sur les différents terroirs, ils partagent tous, malgré leurs spécificités, la beauté d’une nature préservée qui révèle la perfection. Nous avons déjà maintes fois fait allusion à la fragilité et à la complexité des équilibres géologiques permettant la culture de la truffe. Celle-ce pose une exigence absolue du respect des équilibres naturels.  

chemin vers la truffière
Au coeur du bois qui relie notre truffière au village

Cependant, même si comme nous aimons à le penser, la vraie beauté est à l’intérieur de toute vie, il nous semble que dans le cas des truffières, elle se révèle tout autant à l’extérieur.

Permettez nous de vous emmener dans un voyage sensoriel avec pour thème le paysage de truffière dans le style d’une émission que nous adorons: Sur les épaules de Darwin.

Quand nous avons fait le choix d’acquérir une truffière, nous étions avant tout motivés par notre passion pour la truffe et sa culture. Lors du long chemin initiatique que le parcours d’acquisition nous a imposé, nous avons pu visiter différents terrains. À chaque fois nous avons pu ressentir quelque chose de semblable. Comme une impression de nous rapprocher intimement de la nature.

Non pas par le simple fait d’être à la campagne, mais plutôt dans le sens de sentir résonner en nous l’équilibre qui se dégage de ces paysages où le sous-sol, le sol et la végétation se mettent en harmonie. Cette symbiose ressentie nous avons cherché à la comprendre. Par lequel de nos sens cette sensation était-elle fournie? 

Regain quand tu nous tiens!

Au travers des exigences de la culture truffière s'exprime ainsi  toute une biodiversité tout au long de l'année. 

Vous êtes bien entendus très nombreux à connaitre ce sublime roman de Jean Giono. Pour moi ce roman à été une véritable révélation initiatique. Originaire de contrées plus nordiques, j’ai dans ma pré-adolescence découvert Regain.

Cela a été un émoi indescriptible encore aujourd’hui. C’est comme si tous mes sens s’étaient mis à vivre, à travers la magie du texte, le ressenti, des personnages et du narrateur qui m’étaient pourtant inconnus. Moi qui n’avais jamais connu la Provence, j’avais l’impression d’être en parfaite familiarité avec les bouquets olfactifs et sensoriels des paysages décrits.

Bien plus tard, quand le hasard de la vie et surtout de l’amour, m’a fait prendre racine dans le Sud, j’ai été stupéfait de me rendre compte combien ma projection “littéraire” avait été fidèle à la réalité.

Paysage de truffière au gré des saisons.

Les truffières procurent un condensé de toutes ces sensations à travers le ressenti de fusion profonde avec la nature.

Au delà de mettre tous nos sens en éveil, la truffière change de “signature” au gré des saisons. 

Entre l’été ou la chaleur du soleil écrase au sol des saveurs de garrigue confite et l’automne ou les brouillards matinaux font remonter des odeurs tourbées de terres humides, la variété des sensations est vaste. 

paysage de truffière
L'automne au milieu des chênes truffiers

Et chaque saison révèle sa propre beauté d’une nature préservée. À la fois le regard, comme l’odorat ainsi que le toucher varient pour mettre nos sens en émoi.

Étonnamment, l’ouïe participe aussi dans notre transport. Le chant du vent d’automne n’est en rien comparable à la symphonie des chants des oiseaux et des insectes du printemps. 

Au travers des exigences de la culture truffière s’exprime ainsi  toute une biodiversité tout au long de l’année. 

Les terres trufficoles, une histoire de symbiose entre l'homme et la nature

Nous avons souvent lu que la culture de la truffe était complexe et difficile. En effet il est vrai que malgré de nombreux progrès scientifiques, la culture de la truffe reste, comme certains le disent, capricieuse. Nous n’aimons pas ce terme car il ne reflète pas, à notre sens, de quoi il en retourne véritablement. Pour nous, il s’agit de l’humilité de l’homme face à la nature. À travers l’observation de nos truffières nous pouvons apprendre beaucoup. Combiner à la fois le plaisir onirique d’une observation de paysages préservés avec l’utilité de comprendre quand elles nécessitent notre aide est en effet le meilleur moyen de joindre l’utile à l’agréable. C’est aussi établir cette nécessaire symbiose entre l’être humain et sa terre à laquelle Giono dédiait nombre de ses romans. Partage avec le sol qui nous ressource et met en avant le respect des valeurs  traditionnelles et l’amour fusionnel que nous devons entretenir avec l’environnement qui nous protège. 

« Il est devant ses champs. Il s’est arrêté devant eux. Il se baisse. Il prend une poignée de cette terre grasse, pleine d’air et qui porte la graine. C’est une terre de beaucoup de bonne volonté. » Ainsi pourrait être décrit le respect de la nature que nous partageons entre trufficulteurs qui donne naissance à une entière plénitude.